Seul, face à soi-même, on reste noyé dans sa vertigineuse indéfinition.

N’attend-t-on pas le regard de l’autre uniquement pour pouvoir prendre forme ?