Mon ami fatigué par tant de vaines luttes
viens lover ta déroute à mon cœur angora
tressé de laine épaisse et de fleurs de coton

Suis-moi hors des déroutes et des sentiers abrupts
viens oublier tes pas empesés de regrets
sur les rivages mauves de ma sérénité

En cette heure tardive qu'envoûte l'ombre bleue
laisse moi effacer de mes doigts de rosée
les rêves irrésolus à ton front enfiévré

Apaise tes tourments dans l'arc de mes bras
à mon dos tiède et nu calme tes tremblements
puis laisse mon regard d'or colorer ta pâleur

Offre-moi ta confiance et ta fragilité
à l'angle délicat de mon cou parfumé

Défais-toi de ta peur comme d'un vêtement léger
là où tu m'accompagnes tu n'en as plus besoin