Karagar, Kleger, Farf, Tita, Mathys et tous les autres lecteurs de cette nouvelle qui voudront bien laisser un commentaire, dites-moi quelle image vous êtes vous fait de Gabi. Je vous dirai ensuite quel visage, quel âge et quel sexe j'ai imaginé moi pour ce personnage. En écrivant ce texte j'ai pensé à un auteur que j'adore, en particulier à l'une de ses œuvres, et à un film. Je vous dirai tout, promis. ^^

A propos d'Etienne…
Il faut que je vous raconte. C'était l'autre jour, j'attendais mon éternel RER A, assise sur le quai de la sinistre station noire et anthracite La Défense et j'ai vu ce jeune garçon debout, là, face à toute cette rangée de gens assis (dont moi) ne réalisant pas, de toute évidence, qu'il pouvait être regardé par autrui, comme n'ayant aucune conscience de la présence d'autres personnes, comme perdu en lui-même. Il était pâle à faire peur, se tordant un peu les mains par intemittence, le regard baissé et habillé exactement comme j'ai décrit mon Etienne, avec ce gros sac-à-dos monstrueux. Il était là, figé, comme les pieds fixés au sol. Sans rire, il n'a pas décollé l'un des deux d'un millimètre pendant au moins huit bonnes minutes. Essayez de rester parfaitement immobile ainsi debout, comme figé, sur un quai de gare pendant autant de temps! Moi, je n'y arrive pas! Je change d'appui au moins une ou deux fois, je fais quelques pas… Il avait les traits fins, un joli profil mais dégageait un tel mal-être qu'il en avait une expression presque inquiétante. Il m'a touchée, et voilà, il ne le sait pas mais il m'a inspiré cette mini-nouvelle… L'adolescence, ça peut vraiment être une sale période pour certains…