L'amour inexplicable dont tu m'as entravé
a irrigué les ombres de mes terres désertées
et j'ai osé donné mon cœur débutant
aux promesses moirées de tes vœux bienveillants.

Des sources délicates de ton âme d'enfant
j'ai tiré des trésors et j'en ai fait mon sang.

À genoux, dépendant des reflets les plus beaux
de l'aube chatoyante d'un bonheur  nouveau,
dans la tendresse en coin de l'ambre de ton œil,
j'ai su voir le don et j'ai compris l'accueil.

Mon cœur ensemencé par tes soins sans calcul
a fleuri tout d'un coup de plus de cent miracles.
L'indigent que j'étais a vue en toi l'oracle
magicien audacieux des tours les plus rares.

J'aurais voulu longtemps joncher de moi ta vie,
couler dans le même or que celui de nos nuits
l'éternité promise de nos heures confisquées.

Mais ce temps révolu où je goûtais tes lèvres
méritait en échange le bien le plus précieux,
une merveille, hélas, que je ne possède pas…

Dans tes bras amoureux j'avais trouvé refuge
Aujourd'hui je me perds et erre sous le déluge
des pluies les plus glacées de mes noires solitudes.