Comme je pense que ça intéressera pas mal de blogeurs, je vous donne à lire ici le mail que j'ai envoyé en réponse à la demande d'interview que voici :

"Désolé de vous polluer la cétégorie commentaires... mais nous sommes des étudiants en école de commerce et nous devons pour un projet en cours de marketing analyser les motivations des auteurs de blogs. Accepteriez vous de nous expliquer pourquoi avez-vous créé ce blog, ce que vous visez en vous livrant ainsi, quelle est l?image que vous voulez véhiculer de vous-même ? Avez-vous théorisé le concept du moi, avez vous un objectif en écrivant ce blog ? Qu?est ce que cela vous apporte ? Nous vous serions extrêmement reconnaissants de votre collaboration.
En vous remerciant par avance, Sophia, Mathias et Christophe. "
Sof4ever18@gmail.com

 
Chers Sophia, Mathias et Christophe,

Vos questions sont intéressantes et, croyez-moi, bien des blogeurs se les posent entre eux ou à eux-mêmes sans toujours trouver de réponses claires. Les motivations nettes, en matière d'introspection, n'existent de toute façon jamais véritablement…
Je dirais que les motivations qui poussent quelqu'un à faire un blog sont à peu près les mêmes que celles qui poussent quelqu'un à tenir un journal intime, à cette différence près que, dans ce contexte du web, on rencontre un lectorat, anonyme certes, mais lectorat tout de même. Autrement dit, on se confronte à l'autre plutôt que de rester en vase clôt avec soi-même. De mon point de vue, il s'agit là, à la base, d'un acte constructif et enrichissant puisqu'il fait aller vers l'autre et même, dans certains cas sortir de l'isolement. Le blog, de part son aspect anonyme, permet en effet à beaucoup de s'exprimer sur des sujets délicats ou très intimes jamais abordés ailleurs, même pas auprès de proches.

Mais dans l'absolu, la vérité c'est qu'il existe à peu près autant de motivations qu'il existe de blogeurs! Donc, assez de généralités! Je me contenterai de vous parler de mon cas comme vous me le demandez.

J'écris depuis que j'ai une vingtaine d'années (je vais en avoir 35 dans quelques jours), d'une part de manière "utilitaire", c'est-à-dire pour m'éclaircir les idées, contrer la confusion, et d'autre part, pour le plaisir de jouer avec le pouvoir des mots (poésie, histoires). Il y a deux ou trois ans, j'ai pris l'habitude d'aller sur quelques blogs dont la sensibilité et la qualité me touchaient et, petit à petit, l'idée a fait son chemin. "Pourquoi pas moi?" me suis-je dit.
J'ai eu l'idée de l'intituler "mon errance" par souci d'honnêteté envers mes éventuels futurs lecteurs (sous entendu: "Toi qui erres sur le web, tu es perdu et tu en as fait ta philosophie? Et bien moi aussi. C'est notre point commun"). J'ai commencé par mettre en ligne des poèmes et textes courts déjà écrits longtemps auparavant. A ce moment là, je n'avais aucune attente précise quant au blog. C'était histoire de voir, ça n'avait pas grande importance à mes yeux… À vrai dire, je doutais même que qui que ce soit ait l'idée de venir me lire.

En tout état de cause, à aucun moment mon but n'a été de me "livrer" ou de m'épancher sur mes soucis personnels, pas plus que de faire partager les anecdotes de ma vie quotidienne. Je n'ai pas le talent pour cela, d'une part (j'aurais été affreusement ennuyeuse), et d'autre part je ne suis pas prête pour cet exercice difficile qu'est celui de se dire aux autres, un exercice qui réclame une fascinante impudeur que je ne possède pas (ou pas encore). En revanche, je prise ces blogs intimistes plus que tous les autres, surtout lorsqu'ils sont bien écrits et émanent d'une personnalité généreuse…

Diffusément, j'avais envie d'échanges intellectuels, peut-être pour renouer avec un aspect de la vie estudiantine qui me manquait dans ma vie active…Et surtout, je souhaitais me remettre à écrire.
Avec le recul, je me rends compte que je comptais inconsciemment sur cette idée du blog pour retrouver l'envie et la motivation pour cela.

J'ai été comblée au-delà de mes espérances puisque mes écrits ont attiré quelques personnes fidèles et que cela m'a poussée à entamer sérieusement un roman qui n'était jusqu'ici qu'à l'état d'hypothétique projet. Je ne m'attendais pas à une telle émulation entre blogeurs. C'est un fait : l'appréciation de certains passants habitués devient précieuse, alors que soi-même l'on devient précieux (toute proportion gardée, bien sûr!) pour un autre blogeur que l'on aime aller commenter. L'échange est véritable et a un réel impact sur la vie de tout les jours, sur la motivation à s'exprimer et à partager. J'ai ressenti un vrai sentiment d'ouverture à l'autre, moi qui suis assez peu liante dans la vie dite "réelle". Et je ne pense pas que j'aurais eu le courage de m'atteler à ce projet d'envergure, la rédaction d'un roman, sans l'attention et la réactivité de mes quelques lecteurs.

Ce roman j'y pense tous les jours, je l'écris tous les jours, voilà pourquoi ça fait bien longtemps que je ne fais plus de distinction entre vie virtuelle et vie réelle. Les deux se nourrissent l'une l'autre, les deux possèdent leur importance propre. Le blog est une part de ma vie et n'est pas "en dehors" ou "en plus" de ma vie. Et, là-dessus, je pense que pas mal de blogeurs me rejoindront.

Au sujet du concept du "moi" et de l'image que je souhaiterais véhiculer de moi par ce biais, que vous dire? Si on découvre une part de ce que je suis en filigrane, à travers ce que je donne sur ce blog, je vous avouerais que je me soucie peu de l'image que je renvoie. A ce sujet, rien n'est prémédité. On aime ou non ce que j'ai à donner, on me prends comme je suis ou on passe son chemin. C'est tout. Je n'ai pas pour but de plaire ou de séduire. J'ai pour but d'échanger, de provoquer des réactions. Dans cet optique, l'image de soi n'a que peu d'importance, je pense. Ce qui m'intéresse c'est d'entrer en contact, sur le plan intellectuel et émotionnel, avec des gens qui se seront reconnus ou qui auront été touchés par mes mots (ou images, d'ailleurs).

Après, je suis toujours très flattée, et très étonnée, que l'un de mes lecteurs exprime le souhait de me connaître davantage ou, à l'inverse, qu'il réponde à ma curiosité de lui ou elle. Pour vous dire, grâce à mon blog, j'ai rencontré en chair et en os trois personnes que je n'aurais pas rencontrées autrement. A chaque fois cela fut avec une grande émotion. Cela s'est fait spontanément. Moi qui n'étais pas du tout une habituée du web, j'ai été la première surprise de pouvoir nouer de réels liens aussi sincères que désintéressés par ce biais. On se rencontre par simple curiosité de l'autre, pour poursuivre un dialogue déjà entamé via les blogs ou le mail.
Ainsi, mon tout premier commentateur est devenu un ami (et quand je dis "ami", je pèse mes mots car je compte mes amis véritables sur les doigts d'une main!). Après quelques commentaires pertinents de sa part, je lui ai écrit un mail, puis un dialogue riche autant que vif s'est amorcé immédiatement entre nous. Pendant une année entière, nous avons débattu sur l'amour, les autres, le sens de la vie, par mail toujours, et nous avons eu envie de nous rencontrer pour poursuivre de vive voix. En tout bien tout honneur, bien sûr, est-il besoin de le préciser?
Par la suite, au printemps dernier, une lectrice que mes écrits émouvaient, de passage à Paris, a souhaité me rencontrer. Le temps d'un repas nos avons discuté à bâtons rompu, sur la même longueur d'onde toutes les deux, comme si nous nous connaissions depuis longtemps. Depuis elle a, elle aussi, ouvert un blog et nous nous écrivons régulièrement dans un esprit d'estime réciproque. Plus récemment encore, j'ai pris un café avec l'un de mes très fidèles et très attentifs lecteur de mes nouvelles et de mon roman en cours. A cette occasion, j'ai mieux pris conscience combien les histoires que j'avais plaisir à écrire étaient susceptibles d'atteindre ou d'émouvoir d'autres personnes qui pouvaient s'y reconnaître en partie à travers leur vécu. J'y réfléchis encore à l'heure qu'il est…

J'espère avoir en partie répondu à vos questionnements.
Bon courage pour vos études et n'hésitez pas à me faire part de vos conclusions. Cela m'intéresserait.
Cordialement

Cécile (kitty78)