Lire ces mots me prive quasiment de l'envie d'écrire...

"Je le lis tous les jours, même quand il n’écrit pas. Jadis, je me suis inquiété de le savoir triste, à la recherche de celui qui tardait. Puis vint leur tour, lit de roses. Hier, j’ai marché sous les voûtes, admirant son travail, ces visages dont il a le secret, comme s’il savait - lui - où vont les doutes. J’ai risqué quelques phrases, pas longtemps, son monastère entre nous. Son visage est d’un doux qu’on prête aux écorchés ; ses yeux sont d’un bleu malicieux qui le prémunit des ténèbres ; sa voix refait chaque jour sa vie pourvu qu’il y ait quelqu’un. Je suis rentré chez moi avec du beau sur les heures. Ces mots sont pour lui, puisque je ne peins pas."

Le bleu du ciel