Aux bleus indénombrables

de l'impossible azur,

aux splendeurs suspendues

des cieux de mon quartier,

j'épuise ma vision

mais trouve la mesure.

 

Dans la tourmente pieuse

de tes heures dangereuses,

je renoue, mon ami,

avec les bouillonnements

et les précipités

d'une intime alchimie.

 

Je puise à vos rivières 

abondamment pourvues 

des plus précieuses pierres

l'énergie millénaire

et tous les secrets nus

de vos âmes sincères.

 

9542114152_bfafab8d0e_z