Pour clôturer une semaine de congés tristoune qui s'est déroulée sous le signe de la migraine, de la pluie incessante et d'allés-retours chez le vétérinaire, dimanche, nous avons tenté une balade entre deux averses. Notre destination était un joli jardin que j'affectionne, où je m'attendais à trouver ceci :

jardin01

à m'extasier sur cela :

jardin02

ou encore à tomber en pâmoison devant ces merveilles :



mais j'étais loin de m'imaginer tomber sur ce spectacle :

per02 per01


Alors, mesdames et messieurs, scoooop ! Après une petite enquête sur le Net à base de mots clés tels que "perroquet vert", "échappé" et "bec rouge", je découvre stupéfaite qu'il s'agit de perruches à collier, et que cette espèce exotique envahit peu à peu les grandes villes d'Europe dotées de jardins privatifs ou de jardins publiques aux essences riches et variées, et ce, depuis le début des années 2000… Personne ne sait trop pourquoi ni comment ça a commencé, si ce sont des oiseaux captifs qu'on a libérés et qui se sont reproduits, si c'est à cause du réchauffement climatique (très plausible vu l'étendue du phénomène) ou autre… Ces superbes oiseaux vivent en bandes, volent en bande, mangent en bande, nidifient en bande. Ils volent vite et droit, et ont un cri bien particulier qui ne passe pas inaperçu, que seul le geai de nos contrées saurait concurrencer. Leur patrimoine génétique semblerait leur permettre de très bien supporter le froid. Quand on sait qu'elles viennent d'Afrique et d'Asie du Sud, à la base, je trouve cela surprenant. Sur Wiki, ils disent que c'est carrément une espèce invasive, mais jusqu'à maintenant, elles n'ont pas dérangé grand monde. Tout juste font-elles peut-être de la concurrence aux espèces d'oiseaux locales qui se nourrissent de façon similaire, mais rien ne semble le démontrer.

En tombant sur elles, je me suis cru dans un rêve, vous savez, comme quand tout semble familier sauf un détail qui ne cadre pas et qui rend l'atmosphère étrange. On s'est pris sur la tête une pluie torrentielle au retour et on est rentrés trempés, mais au moins, cette rencontre a fait terminer mes vacances grises sur une note exotique.

De très belles images de l'oiseau, ici.